Le mal aigu des montagnes et les enfants lors d’un trekking au Maroc

trekking au Maroc

Le mal aigu des montagnes, encore appelé MAM est un mal qui touche la plupart des trekkeurs lorsque ceux-ci dépassent une altitude de 2500 mètres. Le mal intervient lorsque la montée a été faite de manière rapide et se manifeste principalement par des maux de tête, une perte d’appétit, des nausées, des vomissements, et même des œdèmes cérébraux ou pulmonaires lorsque le mal atteint son optimum. Il est possible d’être victime de ce mal lorsque l’on effectue un trekking au Maroc. L’une des solutions est de prendre de l’aspirine ou du paracétamol dès l’apparition des premiers symptômes. Si possible continuez votre montée, sinon redescendez, afin d’éviter des complications plus graves. Vous trouverez certainement des informations plus précises en visitant la page internet d’Aventure berbère.

Le MAM et les enfants

Généralement, lors d’un trekking au Maroc, les parents emmènent avec eux leurs enfants. Ces derniers sont aussi sujets au MAM. Jusqu’à quelle hauteur peut-on se risquer à emmener les enfants ? Est-ce que les risques causés par le MAM sont plus importants chez un enfant ? Est-ce que les enfants s’acclimatent plus facilement ou moins facilement à l’altitude ? Des études ont été faites à ce sujet, en voici en quelques mots la substance. Durant de nombreuses années, les médecins spécialistes de l’altitude ont établi sur les risques accrus pour les enfants en altitude. Ces faits ne se basaient pas sur des études scientifiques, mais portaient plus sur le principe de la précaution. Les seules études faites reposaient sur une population des Andes qui vivait en haute altitude et dont les enfants avaient plus d’œdèmes pulmonaires que les adultes. Ces œdèmes survenaient quand les enfants revenaient après plusieurs jours passés en basse altitude. Toutefois ces études ne sont pas très fiables, car ces enfants ont des particularités anatomiques particulières liées au manque d’oxygène dont ils ont l’habitude depuis qu’ils sont nés. Ce sont donc des oedèmes pulmonaires dits de « réentrée « .ces résultats ne peuvent donc pas faire une généralité.

Un test grandeur nature, fait à 6000 mètres d’altitude avec des adolescents s’est montré édifiant. C’était la première fois qu’un nombre important d’enfants, ayant l’habitude de vivre à basse altitude, a pu être étudié jusqu’à des altitudes dépassant 5000 mètres. Ces enfants ont été comparés à des adultes. Ces enfants n’ont pas été emmenés dans un trekking au Maroc, ils ont été entraînés pendant 2 ans, sur le plan physique et social, afin d’être prêts pour ce voyage. Le groupe était composé de 23 adolescents ayant entre 13 et 15 ans, comparés au même nombre d’adultes. Dont les parents les guides de montagne, un médecin et des reporters. Les résultats de cette étude ont montré que les enfants et les adultes affichaient pratiquement les mêmes résultats, alors qu’ils ont atteint une altitude de 5 800 mètres, ce qui est tout de même impressionnant. La plupart des cas de MAM observés étaient bénins, pourtant trois enfants et trois adultes ont développé des symptômes liés à un MAM sévère, principalement des symptômes d’œdème cérébral. La guérison a été rapide grâce aux médicaments qu’ils ont pris.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*